mercredi 17 juillet 2013

Avec Une place à prendre, JK Rowling entre avec fracas dans le monde réel

J.K.Rowling
Pas d’ogres attachants, de bonbons à la morve, de dragons câlins (ou pas), de gentils sorciers ou de matches de quidditch dans Une place à prendre, le roman de JK Rowling acquis récemment par votre bibliothèque de Bény-Bocage. L’auteur de la saga Harry Potter a quitté Poudlard pour se plonger dans l’univers des Moldus, autrement dit, dans le monde réel.


Et à bien y regarder, les vrais gens de la vraie vie sont parfois tout aussi odieux que Voldemort et consorts… JK Rowling invite ici le lecteur à découvrir Pagford, charmante bourgade pétrie de principes, attachée à garder son délicieux art de vivre, gênée aux entournures par les « voyous » et pauvres gens de la voisine cité des Champs… 
  
Tout commence par un drame : le décès d’un homme dans la force de l’âge, Barry Fairbrother, conseiller municipal, très impliqué dans la vie de sa commune, très apprécié… Mais aussi cordialement détesté par ses adversaires politiques. Sa disparition libère un siège au conseil et déchaîne les passions. Avec une précision chirurgicale, JK Rowling dissèque les bassesses des Pagfordiens, met au jour leurs lâchetés et leurs renoncements, leurs faux-semblants et leurs hypocrisies. Dans ce roman noir, de plus en plus noir, elle fait montre d’une habileté et d’une finesse d’analyse sur les travers de notre société actuelle qui transparaissaient déjà, à maintes reprises, dans les aventures d’Harry Potter et de ses amis. Là s’arrête toute ressemblance. Une place à prendre est un roman pour adultes, dur et mordant ; un pavé qu’elle vous lance en pleine face, pour vous toucher, vous blesser, peut-être. Vous heurter, sûrement.