lundi 2 septembre 2013

Quand la Beauté nous sauve

Pour Charles Pépin, philosophe, professeur, écrivain et journaliste, le sujet de la beauté s'est peu à peu imposé à lui comme le thème principal de ses conférences. 

Bien loin de disserter sur les critères qui définissent la beauté, ce qui fait le beau, il propose au contraire une analyse de ce que la beauté nous fait, ce qu'elle réveille en nous, ce qu'elle nous procure, en sentiments de joie, d'authenticité et de partage.

 L'auteur confiait d'ailleurs dans une interview : « J'ai failli sous-titrer mon livre: "la beauté racontée aux snobs". », expliquant ainsi la nécessité pour lui de s'extraire du cadre rigoureux des critères rationnels d'analyse des oeuvres d'art pour au contraire se connecter à son ressenti, intime, propre. La beauté, nous dit-il, « nous redonne notre liberté, notre pouvoir, notre capacité à nous faire confiance – à nous écouter». 

Si son exposé se fait l'écho de quelques grand philosophes des temps anciens, on y entend également le son d'une voix bien contemporaine qui murmure à notre entendement, nous exorte à une réconciliation intérieure, apte même à nous sauver peut-être : « Alors entraînez-nous: entraînez-vous à vous faire confiance. […] parcourez les musées sans écouter les guides, multipliez les occasions de rencontrer la beauté, choisissez celles qui vous conviennent le mieux, […] retrouvez le pouvoir de juger. La tradition ne nous guide plus, les experts se trompent sans cesse, l'accélération inouïe du progrès technique fait valser les critères : bientôt, il ne nous restera plus que notre intuition. Alors cultivons-la. »